Vœu relatif à l’école Tourelles dans le 20e arrondissement

Déposé par Nicolas Bonnet Oulaldj, Jean-Noël Aqua, Raphaëlle Primet, et les élu·e·s du Groupe communiste-front de gauche

 Considérant les moyens très faibles accordés en France à l’enseignement du premier degré relativement aux autres pays de niveau de vie comparables ;

Considérant l’enjeu particulier des moyens accordés à l’enseignement primaire en éducation prioritaire ;

Considérant le dédoublement des classes de CE1 en éducation prioritaire ;

Considérant le nombre de postes insuffisants alloués pour la rentrée 2019 par l’Éducation Nationale pour offrir des structures pédagogiques satisfaisantes dans toutes les écoles en éducation prioritaire ;

Considérant le vœu relatif à l’insuffisance de la dotation budgétaire académique des écoles parisiennes adopté sur proposition du Groupe communiste lors du Conseil de Paris de février 2019 ;

Considérant en particulier le cas de l’école Tourelles qui se verrait imposer de créer des classes comportant jusqu’à 29 élèves, en contradiction complète avec les objectifs de l’éducation prioritaire ;

Sur proposition de Nicolas Bonnet Oulaldj, Jean-Noël Aqua, Raphaëlle Primet, et des élu·e·s du Groupe communiste-front de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que :

– des postes soient créés dans toutes les écoles en éducation prioritaire souffrant d’un manque d’effectifs programmé pour la rentrée 2019, et en particulier dans l’école Tourelles dans le 20e arrondissement, et que les communautés scolaires soient rassurées dans les meilleurs délais par le Ministère de l’Éducation Nationale.

Publicités

Communiqué de presse des élu-es de la majorité du 20è arrondissement – Le documentaire « Police, illégitimes violences » diffusé sur France 3 censuré dans le 20ème !

Communiqué de presse – 20 mars 2019

Le documentaire « Police, illégitimes violences » diffusé sur France 3 censuré dans le 20ème !

Nous, élu-es de la majorité du 20ème arrondissement, nous opposons fermement à la décision prise par Frédérique Calandra, Maire du 20ème arrondissement de Paris, d’interdire la diffusion dans une école du 20ème du documentaire réalisé par Marc Ball et diffusé sur France 3 « Police, illégitimes violences ».

L’association Pazapas, ancrée sur le territoire de Belleville depuis plus 10 ans avec son évènement phare « Belleville en Vrai », a développé une action intitulée La Perm en collaboration avec d’autres associations. Cette permanence, centrée sur l’accès au droit, accueille des jeunes fréquentant le quartier de la Place Alphonse Allais afin de les accompagner dans la réalisation de leurs projets, de développer une écoute sensible en matière de discriminations, mais également de les outiller en matière d’accès au droit.

C’est dans ce cadre que l’association a souhaité, à l’occasion de la semaine de lutte contre les discriminations, réaliser en évènement en trois temps dans l’école maternelle située sur la Place.

L’objectif de cet évènement, composé d’un théâtre forum (projet porté par la Mission Locale de Paris et mené par la Compagnie L’Envers de l’art), de la diffusion du documentaire de Marc Ball, et d’un temps de débat, est de favoriser le dialogue en tentant de déconstruire les préjugés respectifs et d’apprendre aux jeunes à se saisir des outils juridiques en matière de lutte contre les discriminations.

Éviter les confrontations directes, dialoguer, rappeler la loi et mettre l’accent sur l’accès aux droits, sont autant d’outils pédagogiques permettant d’aborder ces sujets sereinement, sans violence et sans haine de l’autre.

Nous choisissons de faire confiance aux acteurs de terrain, aux associations avec lesquelles nous travaillons en bonne intelligence depuis plusieurs années, aux forces de l’ordre pour s’investir dans ce débat.

Nous choisissons le cadre de la libre expression afin d’ouvrir des brèches qui doivent nous permettre d’améliorer les rapports jeunes/police.

C’est la raison pour laquelle nous soutenons l’association dans sa démarche. Nous avons d’ailleurs demandé par le biais d’un courrier à Frédérique Calandra de revenir sur sa décision. À notre sens, on ne doit pas dissocier les trois temps de l’évènement puisque c’est bien la réalisation d’un théâtre forum et d’un débat qui permettent d’inscrire la projection du documentaire dans un cadre pédagogique.

Enfin, même si la Mairie invoque un refus basé en partie sur un problème de faisabilité technique lié à l’utilisation des écoles le samedi après-midi, dans le contexte social actuel, nous ne pouvons ignorer la dimension politique de ce refus, la Maire reconnaissant elle-même craindre que cette projection ne « mette les feux aux poudres ». Mais posons-nous cette question : refuser que ces débats existent dans des lieux municipaux, est-ce favoriser l’ordre public ?

Le groupe communiste,

Le groupe alternative écologique et sociale,

Le groupe écologiste,

Le groupe socialiste et republicain.

 

Contact presse : Charlotte Laurent 06.70.13.86.35

Vœu relatif à la fermeture de la boutique SNCF de Belleville sur proposition de Raphaëlle PRIMET et des Elu.e.s du groupe communiste- Front de Gauche, génération, écologiste et socialiste

Conseil du 20ème arrondissement du 19 mars 2019

Considérant la fermeture de la boutique SNCF situé au 110 rue de Belleville Paris 20ème depuis le 1er mars 2019.

Considérant l’annonce tardive et particulièrement discrète de fermeture de cette boutique auprès des habitant.e.s du quartier, et des usager.e.s

Considérant l’incompréhension des habitant.e.s et usager.e.s à l’annonce de fermeture de cette agence pourtant très fréquentée puisqu’elle ne désemplit pas, et que l’on peut constater des files d’attente importantes.

Considérant L’objectif de proximité auquel répondaient ces boutiques à leur création.

Considérant les difficultés de nombreux usagers qui ne disposent pas encore d’internet, d’ordinateur, d’imprimante ou même de carte bleue, notamment les personnes âgées qui ne savent pas ou peu se servir des sites de vente en ligne.

Considérant que L’utilisation de plateformes numériques ou téléphoniques sous-traitantes ne pourra donc pas combler les attentes de tous les voyageurs.

Considérant la mobilisation des élu.e.s et habitant.e.s du 20ème et du 19ème  arrondissement qui s’est concrétisée par une pétition ayant récolté en quelques jours, près de 700 signatures ainsi que plusieurs rassemble­ments organisés devant la boutique pour refuser cet état de fait.

Considérant que le courrier adressé à la direction de la SNCF par les élu-e-s communistes des 19e et 20e arrondissements pour être reçu avec une délégation d’habitantes et leur porter les pétitions, n’a reçu aucune réponse à ce jour.

Considérant que 7 boutiques sur les 14 que comptent Paris ont été fermées.

Considérant l’annonce de vente de billets dans les bureaux de tabac.

Considérant les dérives de la politique de la direction de la SNCF qui va jusqu’à confier la gestion de ses gares au privé comme elle s’apprête à le faire Gare du Nord avec Auchan par l’intermédiaire de sa filiale Ceetrus.

Considérant l’adoption de la réforme contestée de 2018 qui a accéléré la réduction de l’offre aux usagers. La SNCF ne raisonnant plus qu’en termes de rentabilité financière au détriment de ses missions de service public. Cela se traduit par des fermetures de lignes et de guichets dans les territoires ruraux, des suppressions d’emplois et la fermeture progressive des boutiques SNCF.

Sur proposition des Elu.e.s du groupe communiste- Front de Gauche, génération, écologiste et socialiste, le conseil du 20ème arrondissement demande :

 Que la ville de Paris interpelle la direction de la SNCF pour qu’elle ré-ouvre les boutiques de proximité à Paris et en particulier l’agence de Belleville et ne ferme pas celles encore en activité.

  • Qu’une délégation d’élu-e-s et d’Habitant-e-s du 20eme soit reçue par la direction de la SNCF pour faire entendre les demandes des usagers.

Vœu relatif à l’autorisation d’inhumer le dimanche

Déposé Raphaëlle Primet, et les élu·e·s du Groupe communiste-front de gauche

Conseil du 20ème arrondissement du 19 mars 2019

Considérant l’article R2213-33 du code général des collectivités locales, qui précise :

L’inhumation ou le dépôt en caveau provisoire a lieu :

– si le décès s’est produit en France, vingt-quatre heures au moins et six jours au plus après le décès ;

– si le décès a eu lieu dans les collectivités d’outre-mer, en Nouvelle-Calédonie ou à l’étranger, six jours au plus après l’entrée du corps en France.

Les dimanches et jours fériés ne sont pas compris dans le calcul de ces délais.

En cas de problème médico-légal, le délai de six jours court à partir de la délivrance, par le procureur de la République, de l’autorisation d’inhumation.

Des dérogations aux délais prévus aux deuxième et troisième alinéas peuvent être accordées dans des circonstances particulières par le préfet du département du lieu de l’inhumation, qui prescrit toutes dispositions nécessaires. Lorsque le corps est transporté en dehors du territoire métropolitain ou d’un département d’outre-mer, les dérogations sont accordées par le préfet du département du lieu de fermeture du cercueil ;

Considérant les positions prises par la Maire de Paris sur la non généralisation du travail du dimanche ;

Considérant que les services de l’État civil des mairies d’arrondissement sont fermés le dimanche ;

Considérant que les personnels en charge des mises en bière et des départs des établissements hospitaliers ne sont pas astreints au travail le dimanche ;

Considérant qu’aucune commune de France ne pratique les inhumations le dimanche sauf dérogation particulière accordée par le Préfet ;

Considérant que contrairement à l’argument avancé selon lequel cette mesure permettrait une meilleure régulation des flux de convois et un étalement sur 7 jours du nombre d’inhumations, le risque est au contraire d’un afflux de demandes d’inhumations dans les cimetières parisiens qui seraient les seuls à offrir ce service ;

Considérant que la Ville de Paris, si la réforme était acceptée, aurait recours à l’astreinte des agent.e.s plutôt qu’au volontariat ;

Considérant que cela aurait des conséquences sur la vie familiale des agent.e.s ;

Considérant la précipitation de la décision et le peu de concertation mise en place avec les agent.e.s et leurs organisations syndicales ;

Considérant que nous ne disposons d’aucune statistique de demandes d’inhumations le dimanche non satisfaites par le système actuel ;

Considérant l’importance d’un cimetière comme le Père Lachaise sur le 20ème arrondissement avec un nombre d’agents conséquents.

Considérant que les inhumations le dimanche pourraient agir négativement sur l’attrait Touristique du Père Lachaise très fréquenté notamment le week-end, et qu’inversement les inhumations pourraient être perturbées par la présence importante de touristes et de promeneurs

Sur proposition de Raphaëlle Primet et des élu·e·s du Groupe communiste-front de gauche, le Conseil du 20ème arrondissement émet le vœu que :

– la Ville de Paris abandonne son projet d’arrêté municipal permettant les inhumations le dimanche ;

– si la Ville de Paris souhaite permettre les inhumations le dimanche, une telle mesure fasse l’objet d’une délibération au Conseil de Paris et non d’un simple arrêté, délibération présentant les éléments de nature à justifier cette mesure, à savoir :

  • les statistiques précises quant au nombre de demandes d’inhumations le dimanche non satisfaites par le système actuel de dérogation préfectorale ;
  • une étude d’impact sur les services qui interviennent en amont de l’inhumation : services public d’état civil, services de police, entreprises funéraires mais aussi un avis du SIFUREP et des collectivités environnantes sur les conséquences quant aux services qu’elles mettent en place ;

 

le compte rendu d’une concertation des organisations syndicales représentant les personnels et impactés par ces nouveaux cycles d’inhumation.

 

Communiqué des élu-e-s de la majorité municipale du 20e arrondissement de Paris Mairie du 20e : l’opposition ne peut rendre compte de notre mandat

A-t-on déjà vu l’opposition gouverner ? Telle est la situation à la Mairie du 20e.

Le 20e est une terre de gauche, écologiste et de progrès social, ayant voté à 69,50% pour Anne Hidalgo en 2014.

Pourtant, un groupe « DPE » de 9 élus souhaitant « la réussite du quinquennat d’Emmanuel Macron » s’est constitué dès novembre 2017 à la mairie du 20e. Il compte dans ses rangs 7 adjoints à la Maire d’arrondissement Frédérique Calandra (dont la 1ère adjointe), un conseiller délégué, et même le Sénateur et Président du groupe macroniste à l’Hôtel de Ville Julien Bargeton.

En tant qu’adjoints, ils exécutent la politique municipale, sur délégation de la Maire, sous « sa surveillance et sa responsabilité » (art. L2122-18 du Code Général des Collectivités Territoriales). Les élus LaREM sont ainsi chargés des questions scolaires, de transports, de voirie, de propreté, de commerce, de démocratie locale, des espaces verts, et de la mémoire.

Cette semaine le groupe affilié à En Marche au Conseil de Paris est rentré « officiellement » dans l’opposition municipale en ne votant pas le budget 2019.

Julien Bargeton, Président du groupe, l’assume dans « le Parisien » du 10 décembre 2018. Après avoir critiqué la gestion budgétaire, la politique du logement, et la politique en matière d’environnement de la Maire de Paris, à la question de la journaliste « En votant contre son budget, vous sortez clairement de la majorité… » il répond « Oui, il y a un moment où il faut clarifier les choses ». (http://www.leparisien.fr/paris-75/conseil-de-paris-pour-julien-bargeton-ce-budget-ne-prepare-pas-correctement-l-avenir-10-12-2018-7965174.php).

Clarifier les choses, voilà une intention louable que nous partageons.

Dans le 20e arrondissement, cela devrait logiquement commencer par le départ de « l’exécutif » des élus d’opposition.

Comment expliquer aux habitants et électeurs du 20e que les principaux services aux administrés sont de la responsabilité d’adjoints votant contre le budget (et donc la politique) menée par Anne Hidalgo ?

Élus des groupes écologiste, socialistes et républicains, communiste et alternative écologique et sociale, nous constituons la majorité du conseil d’arrondissement et incarnons le contrat de mandature de 2014 auprès d’Anne Hidalgo.

Nous ne pouvons participer au compte-rendu de mandat de la Maire du 20e ce vendredi 14 décembre au côté de l’opposition à la Maire de Paris.

Nous demandons aux élu-e-s LaREM, construisant leur identité sur le « parler vrai » et la « moralité », de faire ce qu’ils disent en quittant l’exécutif municipal.

A défaut, nous demandons à Madame Calandra de clarifier le positionnement de l’exécutif de la Mairie du 20e. Clairement. En respect du vote des électeurs. Communiqué des élu-e-s de la majorité municipale du 20e arrondissement de Paris

Signataires :

Frédéric HOCQUARD, conseiller de Paris, président du groupe Alternative écologique et sociale
Lamia EL AARAJE, conseillère d’arrondissement, présidente du groupe socialiste et républicain
Raphaëlle PRIMET, conseillère de Paris, présidente du groupe Communiste – Front de gauche
Emmanuelle RIVIER, conseillère d’arrondissement, co-présidente du groupe écologiste
Stéphane VON GASTROW, conseiller d’arrondissement, co-président du groupe écologiste
David ASSOULINE, conseiller de Paris
Marinette BACHE, conseillère de Paris
Jacques BAUDRIER, conseiller de Paris
Virginie DASPET, conseillère de Paris
Karine DUCHAUCHOI, conseillère d’arrondissement
Epency EPARA EPARA, conseiller d’arrondissement
Jérôme GLEIZES, conseiller de Paris
Frédéric GUERRIEN, conseiller d’arrondissement
Antoinette GUHL, conseillère de Paris
Florence HERRERO, conseillère d’arrondissement
Abdellaziz HMOUDANE, conseiller d’arrondissement
Anne-Charlotte KELLER, conseillère d’arrondissement
Charlotte LAURENT, conseillère d’arrondissement
Loïk LE BORGNE, conseiller d’arrondissement
Nathalie MAQUOI, conseillère de Paris
Hamidou SAMAKE, conseiller d’arrondissement
Colette STEPHAN, conseillère d’arrondissement
Hélène VICQ, conseillère d’arrondissement

 

Vœu relatif au maintien la Poste du 75, boulevard Mortier sur proposition de Raphaëlle Primet et des élu-e-s du groupe Communiste Front-de Gauche.

Considérant le vœu de la majorité municipale voté le 29 novembre 2016 et le 17 janvier 2017 au conseil d’arrondissement ;

Considérant la politique nationale de la direction de LA POSTE de fermeture de nombreux sites locaux, notamment à Paris ;

Considérant l’engagement oral pris par la direction du Réseau Paris Nord de La Poste envers la mairie du 20ème en novembre 2016, de ne pas fermer le bureau de poste Saint-Fargeau ;

Considérant que l’externalisation d’une partie de l’activité du bureau Saint-Fargeau par le biais d’un relais poste dans le Carrefour City du 61 rue Haxo ; ajoutée aux réductions d’horaires d’ouverture et aux réductions de personnel présent sur le bureau notamment les conseillers financiers ; sont des éléments laissant percevoir une fermeture du bureau de poste ;

Considérant que depuis cet été la situation se dégrade régulièrement avec la fermeture tous les matins en août, mais surtout une multiplication depuis la rentrée de septembre d’horaires variables en fonction du personnel disponible qui déstabilise les usagers, ainsi que la quasi-disparition du conseiller financier ;

Considérant l’Impossibilité de déposer ou de retirer de l’argent au guichet bancaire dépôts-retraits souvent fermé, mais ô combien nécessaire dans notre quartier ;

Considérant que le bureau de poste du boulevard Mortier est un des seuls équipements de service public du quartier ;

Considérant l’inquiétude des habitants devant la désertification des commerces et équipements du quartier Mortier – Le Vau, principaux lieu de lien social ;

Considérant la forte mobilisation citoyenne contre la fermeture du bureau de poste Saint-Fargeau qui se maintient depuis 2 ans, matérialisée par une pétition ayant récolté des milliers de signatures en 2016 ainsi que par de nombreux rassemblements devant le bureau de poste ;

Considérant que la Poste Saint Blaise est également concernée par l’externalisation de ses services ce qui présage une fermeture prochaine.

Considérant l’expérimentation d’une nouvelle organisation de la distribution du courrier par le Groupe La Poste avec la mise en place des tournées dites « mixtes » entrainant une dégradation du service public postal ainsi qu’une inégalité de traitement des usagers ; avec des distributions qui ont lieu l’après-midi au lieu du matin.;

Considérant que ces tournées mixtes sont décriées par les représentants du personnel de La Poste dans la mesure où elles vont à l’encontre de la spécificité du métier de facteur et ne leur permettent pas d’avoir une vision complète de leur travail, de la préparation de la tournée à son exécution ;

Considérant que les commerçants et les commerçantes, les entreprises, les professions libérales et que les associations de ces quartiers pâtissent directement de cette réorganisation car, recevant leur correspondance l’après-midi, leurs tâches administratives sont de fait retardées d’une demi-journée ;

Considérant que dans le cadre de ces expérimentations des tournées dites « mixtes » sont mises en place avec des distributions qui ont lieu l’après-midi ou lieu du matin ;

Considérant que de la même manière les habitants et habitantes de ces quartiers de l’arrondissement subissent également les inconvénients de cette réorganisation, recevant leur courrier, mais aussi les titres de presse auxquels ils sont abonnés, l’après-midi au lieu du matin ;

Considérant que si la Poste veut développer de nouveaux services en lien avec la baisse drastique du volume de courrier lié à la numérisation des échanges, elle ne peut pas le faire en supprimant massivement des emplois et en dégradant les rapports de proximité avec les habitants ;

Sur Proposition de Raphaelle Primet et les élu-e-s du groupe Communiste – Front de gauche, le conseil du 20ème arrondissement demande que la Mairie de PARIS    Intervienne auprès de Direction de LA POSTE pour

 Que le relais poste installé dans le Carrefour City rue d’Haxo soit fermé et que les activités et objets courrier soient réinternalisés dans le bureau de poste

  • Que des effectifs suffisants soit maintenus pour garantir un accueil optimal des usagers sur les horaires d’ouverture initiaux (8h-19h du lundi au vendredi)
  • Qu’elle garantisse la présence de conseillers financiers
  • Qu’elle réexamine la possibilité d’un retour à une distribution du courrier le matin, dans l’intérêt conjoint des usager.es et des personnels de La Poste
  • Qu’elle s’engage à préserver la qualité du service public postal et la distribution du courrier, mission première de La Poste

Vœu relatif à la création d’une crèche dans le sud 20e Présenté par le groupe communiste Front de gauche

Considérant le déficit de places en crèches dans le sud du 20e

Considérant qu’offrir une place en crèche à toutes les familles qui le demandent est un objectif essentiel pour la qualité de vie des familles à Paris

Considérant les espaces peu ou mal utilisés sur la parcelle de l’école Maryse Hilsz.

Le conseil du 20e émet le vœu qu’un projet de restructuration de la parcelle de l’école située 20 rue Maryse Hilsz afin qu’elle intègre une crèche publique ou associative.